Élodie Tirel est née en Normadie et elle est lauréate du Prix Merlin en 2008. Elle est l’auteure des sériée Luna et Zâa. Son plus récent roman est Mémoris dont il sera question dans cette critique.

Voici le résumé de la quatrième page de couverture :

« 2113.

Une jeune femme amnésique.
Un passé trouble, semé de morts et de souffrance.
Une cité tentaculaire où seuls les riches ont droit au soleil.
Un scientifique en quête d’immortalité.
Des manipulations génétiques au-delà du pensable.
La vérité, enfin.
Plus atroce encore que tous les mensonges »

Page couverture :

mémoris

Ma critique : Une trame historique solide qui se déroule dans un monde futuriste. Tout au cours de l’histoire, nous croyons à l’histoire du personnage et au monde autour duquel il vit et à sa quête de vérité. Un vocabulaire plus recherché et des phrases plus complexes destinées à des lecteurs plus âgés que ceux de Luna et Zâa. Une lecture intense et qui demande beaucoup de concentration pour ne pas perdre le fil conducteur du roman. Pour les lecteurs et lectrices d’Élodie Tirel, je vous le recommande.

Note : 9/10 plumes

Pour en savoir plus sur l’auteur : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lodie_Tirel

Notice bibliographique : Tirel, Élodie.- Mémoris.- Waterloo, Québec : Michel Quintin, 2013.- 493 p.- ISBN 978-2-89435-671-5

Mots-clés : Élodie Tirel, Mémoris, amnésiques, manipulations scientifiques, pouvoir (sciences sociales), science-fiction, littérature fantastique, auteur française