Nicholas Faucher est titulaire d’une maîtrise en biologie moléculaire et d’un certificat en enseignement. Il enseigne la biologie au Cégep Limoilou depuis une quinzaine d’années. Il a publié aux Éditions CEC un manuel didactique d’immunologie. Et planent les ombres publié aux Éditions Michel Quitin est son premier roman jeunesse.

J’aborderais ici le premier tome de cette série. Il a pour titre Et planent les ombres : le fléau du carouge.

Voici le résumé de la quatrième page de couverture :

« Un souffle court, animal, un grognement. Tomass n’arrivait pas à se retourner, à faire face à ce qui l’étreignait, à ce qui était là et qui pourtant demeurait intangible. Des gens au désespoir qui l’imploraient et le fuyaient à la fois. Ces femmes en pleurs, ces corps au sol, ces déments tels des morts-vivants, une vision d’apocalypse.

Tomass Anghelis a commis une faute grave. Submergé par une vision, il est demeuré interdit devant le loup sombre qui s’en est donné à cœur joie sur un pauvre bougre de Source-Noire. Pourtant ce n’est ni la peur ni la maladresse qui a empêché l’homme d’abattre l’animal, mais cette terrible vision.

Pour les gens du Mythill, la magie est l’affaire des magiarks et seulement des magiarks. Or, aucun des mages anciens ne réside au Mythill. Les pouvoirs surnaturels ne sont donc pas bienvenus dans le Troisième Royaume. Peu importe ses dix années de loyaux services aux côtés du capitaine Lothar et de la compagnie des carouges, Tomass devra subir la sentence du fléau. »

Page couverture :

et planent les ombrest1

Ma critique : Récemment sortie ce livre s’adresse à un lectorat âgé de plus de 16 ans. La force de ce premier tome réside en grande partie par son scénario et par ses personnages. L’histoire est originale et se déroule dans un pays purement imaginé par l’auteur. Un pays divisé en sept royaumes où ont découvre différent peuple et différent paysage. Au début du roman, il y a une carte des Sept royaumes qui nous permet de localiser les endroits vus par les principaux personnages. C’est comme si nous faisons le voyage avec eux. Le récit est narré par un langage soutenu et les mots en italique renvoie au glossaire (il se trouve à la fin du livre) ou à attirer l’attention du lecteur. J’émets un seul bémol, le début est long et il est difficile à embarquer dans l’histoire.

Note : 7.8 /10 plumes

Pour en savoir plus sur l’auteur : https://www.facebook.com/pages/Et-planent-les-ombres/150738188435932

Notice bibliographique : Faucher, Nicolas.- Et planent les ombres : le fléau du carouge.- Waterloo, Québec : Michel Quintin, 2013.- 318 p.- ISBN 978-2-89435-641-8

Mots-clés : Nicolas Faucher, Et planent les ombres, magie, auteur québécois, merveilleux, fantasy, littérature jeunesse, 16 ans et plus, le fléau du carouge, amitié